Biographie de FLORISA (Isabelle et Florian Haerdter)


FLORISA
En 1990, nous avons commencé à travailler en duo, un reportage de fond sur le quartier de la Goutte d’Or, dans le dix-huitième arrondissement de Paris.
Nous avons réalisé des photos en commun où l’un faisait la lumière, l’autre le cadre.
L’association de nos deux regards, nous a permis de collaborer sur plusieurs reportages tels que : les magasins Tati, le Bouillon de Chartier, le cabinet d’architecture SCAU, l’agence événementielle Tuff Consult ainsi que l’Hôpital Américain.
Nos approches photographiques sont très différentes et complémentaires :
Florian photographie des plans larges, qui donnent toute sa dimension aux sujets.
Isabelle capte des instantanés, des détails sur la matière et des perspectives.


Prix photographiques

1998 :
Les Rencontres Photographiques du 18 ème.
1997 : L'Unesco.
1996 : Le Centre National de la Photographie.
1995 : Kodak.
1993 : Ilford.

Expositions photographiques

2013 : Accrochage , Rue Moustier 13001 Marseille.
2011 : La Taupette, Villeneuve 17620.
2010 :
Accrochage, Saint-Siffret 30700.
2008 :
Musée de l'Histoire Contemporaine, Paris 7è.
2007 : Salon de la photographie - salle Olympe de Gouges, Paris 11è.
2006 : Association Florisa, Paris 11è.
2005 :
Cauri films, Paris 11è.
2004 : Centre Culturel de la Caixa General de depositos à Lisbonne, Portugal.
2003 : Association "Les enfants de la Goutte d'Or", Paris 18è - Studio Long Courrier, Aubervilliers.
2002 : Salle Saint Bruno, Paris 18è - Bistro Florentin, Paris 11è.
2001 : L'espace Pierre Cardin, Paris 8è - L'A.D.C.L.J.C., Paris 18è - l'Olympic café LMP, Paris 18è.
2000 : Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris "Hôtel d'Albret", Paris 4è - musée Galliera, Paris 16è.
1999 : Musée de l'histoire Contemporaine, Paris 7è.
1998 : l'Unesco, Paris 7 è - Musée des Arts Décoratifs, Paris 1er - Casino Luxembourg, Luxembourg.
1997 : Les rencontres Virtuelles d'Arles - AÏdda, Paris 18è - Caisse des Dépots et Consignations "13 quai Voltaire", Paris 7è.
1996 : Centre National de la Photographie, Paris 18è - Photosynkyria, Thessalonique, Grèce.
1995 : Festival des rencontres dArles, Arles - Sipi, Paris 14è.
1994 : Künstlerhaus Bethanien Berlin , Allemagne.
1993 : Studio Cosmos, Suresnes.
1992 : Salle Saint Bruno, Paris 18è.


Publications

France Soir, l'agenda Ilford, le Shuttle, Nova, Contre-jour, Die Welt, le Nouvel Observateur, Taz, Paris-Goutte d'Or, le Répertoire, Wochenpost, le Paris des Suisses, l'Institut français de Thessaloniqu, Photographie d'une collection, la paroisse Saint Berbard de la Chapelle, Réponses Photo, Die Zeit, l'Impact Quotidien, Gare de l'Est, l'Histoire de l'Immigration en France au XXè siècle, Télérama, ça m'intéresse, le 18 ème du mois, la Croix, Toast, le Monde, le Journal de la 5, Égo, C'est quoi, TATI 50X50, Belles Images, la Revue de Portraits, Capital, Spiegel, Améliorons notre cadre de vie, Variété fixe, le Courrier de l'Unesco, Une traversée photographique du XXè siècle, Mimoa, AMC-Lemoniteur, l’Américain.


Reportage Vidéo

-Télé Montmartre
-Toast
-Réalisation d'une photo de quartier
-les moins trente


Isabelle Haerdter, 16 mai 1968.

En 1986, à la recherche d’un job pour financer mes vacances, j’ai l’opportunité de faire un Baby-sitting d’un mois à plein temps chez Marie-Laure de Decker, photographe de reportages. Cette année là Marie-Laure venait de publier un recueil de ses meilleures photos et me dédicace un exemplaire. Je suis très touchée par sa démarche, ses images fortes et son approche sensible. marie_laure_de_decker
Je me souviens du portrait d'une petite fille qui danse au Palais-Royal de Phnom-Penh au Cambodge. Ce portrait en état de grâce m'a donné envie de faire de la photo.

En 1987, je fais la connaissance de Dominique Issermann, que j'assiste jusqu'en 1991.
images
J’ai la chance de participer à de nombreuses prises de vues qui couvrent un large éventail photographique : C. Dior, N. Ricci, Lanvin, S. Rykiel, Vogue, Elle, Esquire…, des portraits : S. Gainsbourg, B. Hendrix, A. MacDowell, B Dalle, F. Chopel …, ainsi que des films, entre autre un clip sur L. Cohen.
leo-cohen002
Cette expérience m'a beaucoup enrichie. Outre les prises de vues, j'y ai appris les relations avec les studios, les magazines, les labos, les clients…, et je garde de cette époque un souvenir de belles relations complices.

Dès mes premières photos, les natures mortes m’ennuient, (trop statiques, trop froides) je préfère photographier les personnes. J’aime l’importance du vivant qui anime un être, exprime la vie et avec qui on peut avoir un véritable échange.

Je préfère prendre mes photos avec la lumière naturelle, elle s’impose avec légèreté comme un cadeau du ciel.
J’ai réalisé des séries de portraits et des reportages, et en 1992, je remporte le concours photographique « Ilford » avec un portrait en N&B d’un jeune boxeur.
_GDO-lies-florisa

En 2008, je photographie des réalisations architecturales. Je commence par la construction du stade du Hainaut à Valenciennes.

Je suis avec mon appareil photo dans un décor et doucement, je repère les formes, les matières qui m’entourent. Je m’approche et je vois dans mon viseur des compositions qui s’animent par leurs couleurs.
_bruxelles-08-florisa - copie
Aujourd’hui, j’aime autant photographier les personnes que les natures mortes.


Florian Haerdter, 21 décembre 1965

Né à Berlin (RFA), je vis depuis 1981 à Paris. Ma mère, photographe, me prête alors son matériel. J’ai monté mon premier labo photo à seize ans, j’y passais vraiment du temps, ça me plaisait.
Mon parcours professionnel débute en 1984 par une formation à
l’Ecole Louis Lumière. Cette même année, je rencontre mon maître formateur, Jean-Louis Beaudequin. photographe, cinéaste, inventeur, artiste. Il me donne la passion de la photo. Je deviens son assistant, durant plusieurs années. Nous travaillons surtout dans le domaine de l’automobile mais aussi de la mode, de l’architecture et design, du portrait, du film publicitaire et du film d’art et essai.
Je participe ainsi à de nombreuses campagnes de publicité ( lancement de divers modèles de voitures ) Dans ce domaine j’apprends à maitriser - en prises de vue « studio » et « extérieur » – du matériel lumière très varié, éclairant du plus petit détail au « grand visuel ».
Ensuite je travaille comme indépendant pour la Régie Renault. Entouré de mon équipe, je gère des prises de vues multiples et variées.
_Voitures-Florian-Haerdter-3 - copie
Parallèlement, je réalise depuis les années 90 des travaux plus personnels sur la métamorphose urbaine et architecturale de la « Goutte d’Or », quartier parisien alors en pleine mutation urbanistique et sociale. C’est une sérié de polyptyques découpés et rassemblés au scalpel et à la colle, constituants ainsi ces montages qui sont toujours photographiés, du même point de vue étalés sur plusieurs années.
Trptic J - copie
Avec l’arrivée des technologies numériques, la maitrise d’outils tels que Photoshop est devenue indispensable. Et si en photo, les techniques ne sont plus les mêmes, j’aime toujours autant « bidouiller » des images, en travaillant l’espace, le temps, la lumière. En témoignent les photos réalisées actuellement sur la construction du stade de Valenciennes, et pour d’autres commandes, toujours dans le domaine de l’architecture et de l’urbanisme. Il m’arrive d’ajouter des personnages fictifs, dans le but de mettre en avant l’oeuvre au plus près de ce qu’ont imaginé les architectes dans leurs dessins et perspectives.
Planche 3 - copie